TFE : La prise en charge d’un patient pique par scorpion

Mémoire professionnelle de fin d'études sous le thème : La prise en charge d’un patient pique par scorpion. Ainsi, Les piqûres de scorpion continuent d'être un problème majeur de santé publique en Algérie.

Le nombre moyen de piqûres par an est de 50 000, avec une mortalité variant de 50 à 100, dont près de 65% chez les enfants de moins de cinq ans.

TFE


Avec environ 4000 piqûres par an, les Wilayas des hauts plateaux de Biskra, El Oued, M'sila, Djelfa, Ouargla, et Adrar sont les plus touchées.

Cependant, en raison de la dégradation de l'environnement et du manque d'hygiène publique, on assiste ces dernières années à une extension à certaines communes des wilayas du nord.

Depuis la création du Comité National de Prévention de l'Envenimation Scorpionique (CNLES) en 1987, de nombreuses mesures dans les domaines de la prise en charge thérapeutique et de la prévention par la lutte contre la prolifération des scorpions ont été entreprises pour faire face à ce problème.

Cependant, afin d'élaborer un plan de prévention et de lutte efficace, le programme d'action doit être intersectoriel.

Concernant la composante de sensibilisation, elle doit s'adresser non seulement au citoyen mais aussi au décideur, car aucune lutte ne peut être menée sans le concours des personnes directement concernées.

Vu l'importance de l'envenimation scorpionique, j'ai cherché à faire la lumière sur le sujet pour un projet de recherche intitulé " la prise en charge d'un patient piqué par un scorpion. "

Mon étude est divisée en deux parties, l'une théorique et l'autre pratique, avec une enquête visant à évaluer la prise en charge d'un cas d'envenimation scorpionique au niveau du service médical d'urgence de l'Hôpital ACHOUR ZIANE-OULED-DJELLAL.

Problématique de la recherche

Les envenimations scorpioniques sont un phénomène courant dans certaines régions du monde, notamment en Algérie, en particulier dans les wilayas du sud et les hauts plateaux.

Les communautés touchées paient un lourd tribut à cette pathologie car l'envenimation scorpionique est l'une des maladies non transmissibles classées au troisième rang en termes de mortalité après les accidents de voiture et les tumeurs malignes.

Le nombre moyen de piqûres chaque année est de 50 000, avec une mortalité allant de 50 à 100, dont près de 65% chez les enfants de moins de cinq ans. Sachant que les populations des wilayas touchées connaissent des psychoses et des angoisses durant la saison scorpionique.

Lors de ma formation de future infirmière de santé publique, j'ai découvert au pavillon des urgences médicales que le plan de traitement et le suivi ne sont pas suffisamment utilisés pour la prise en charge des victimes d'envenimation scorpionique.

La préoccupation ici est de savoir si la prise en charge et le suivi d'un cas d'envenimation scorpionique, tels que réalisés au niveau des urgences médicales de l'Hôpital ACHOUR ZIANEOULED- DJELLAL, sont conformes à l'exigence.

Hypothèse :  La gestion et le suivi d'un cas d'envenimation scorpionique au niveau des urgences médicales de l'Hôpital ACHOUR ZIANE-OULEDDJELLAL n'est pas toujours conforme aux normes.

Telecharger
Plus récente Plus ancienne

Formulaire de contact