Ebola / Ouganda: interdiction d'accès à deux districts pour contenir la propagation

Samedi, les autorités ougandaises ont interdit les déplacements dans deux régions touchées par le virus Ebola, dans le cadre des mesures visant à enra

Samedi, les autorités ougandaises ont interdit les déplacements dans deux régions touchées par le virus Ebola, dans le cadre des mesures visant à enrayer la propagation de la dangereuse maladie.

Ebola
Particules du virus Ebola (rouge) sur une cellule plus grande. Crédit : NIAID

Selon l'annonce du président Yoweri Museveni, les habitants des districts de Mubende et de Kassanda, dans le centre de l'Ouganda, ne peuvent ni entrer ni sortir de ces régions par des moyens privés ou publics. Il a déclaré que les véhicules de fret et autres se déplaçant de Kampala, la capitale, vers le sud-est de l'Ouganda sont toujours autorisés à circuler.

Tous les lieux de divertissement, y compris les bars, et les lieux de culte ont reçu l'ordre de fermer, et tous les enterrements dans ces zones doivent être supervisés par des responsables de la santé, a-t-il précisé. Un couvre-feu a également été imposé la nuit. Ces restrictions seront en vigueur pendant au moins 21 jours.

"Il ne s'agit que de mesures temporaires visant à enrayer la propagation d'Ebola", a expliqué M. Museveni.

Depuis le 20 septembre, date à laquelle les autorités ont déclaré l'épidémie, Ebola a infecté 58 personnes dans ce pays d'Afrique de l'Est. Au moins 19 personnes ont péri, dont quatre membres du personnel médical. L'épidémie, qui a commencé à infecter des personnes dans un hameau agricole en août sous la forme d'une "maladie bizarre" signalée par les responsables locaux, n'a pas été détectée rapidement par les autorités ougandaises.

Les restrictions supplémentaires sont mises en œuvre en réponse aux inquiétudes selon lesquelles certains malades d'Ebola pourraient tenter de se faire soigner ailleurs, comme l'a fait un homme au début du mois lorsqu'il s'est échappé de Mubende et est mort dans un hôpital de Kampala, effrayant les responsables de la santé.

Selon les centres africains de contrôle et de prévention des maladies, les autorités ougandaises ont vérifié plus de 1 100 contacts de cas confirmés d'Ebola. La forme soudanaise d'Ebola, pour laquelle aucun vaccin n'a été mis au point, fait rage dans ce pays de 45 millions d'habitants.

La fièvre étant également une caractéristique du paludisme, Ebola, qui se développe sous la forme d'une fièvre hémorragique virale, peut être difficile à diagnostiquer au début.

Le contact avec les fluides corporels d'une personne infectée ou avec du matériel contaminé permet de propager le virus Ebola. La fièvre, les vomissements, la diarrhée, la gêne musculaire et les saignements internes et externes font partie des symptômes.

Le virus Ebola est apparu à l'origine lors de deux épidémies simultanées au Sud-Soudan et au Congo en 1976, dans une communauté située près de la rivière Ebola, d'où le nom de la maladie.

Source: medicalxpress

Enregistrer un commentaire

Consentement aux cookies
Sur ce site, les cookies sont utilisés pour analyser le trafic, mémoriser vos préférences et améliorer votre expérience.
Plus d'infos
Oops!
Il semble y avoir un problème avec votre connexion Internet. Veuillez vous reconnecter à l'internet et reprendre votre navigation.
AdBlock détecté !
Nous avons découvert que vous avez un plugin de blocage de publicité installé sur votre navigateur.
Nous vous demandons d'ajouter notre site Web à la liste blanche de votre plugin de blocage des publicités, car les revenus que nous tirons des publicités sont utilisés pour gérer ce site Web.