|

Alerte à l’Escherichia coli : La bactérie qui peut tuer de jeunes enfants

Escherichia coli

Ces dernières semaines, Escherichia coli a tué deux enfants en France. Ces décès mettent en évidence une recrudescence de cas graves chez les jeunes enfants liés à cette bactérie.

Si la bactérie E. coli est naturellement présente dans le système digestif humain, certaines souches peuvent provoquer des infections graves, voire mortelles, qui se manifestent fréquemment par des intoxications alimentaires. Depuis le début du mois de février, un total de 26 cas d’infection grave à E. coli ont été identifiés en France. En outre, « 22 cas supplémentaires sont en cours d’investigation », selon Santé publique France, une agence du ministère de la Santé, samedi 12 mars. La bactérie a déjà tué deux enfants.[1]Ladepeche, Laura Lude, le 15 Mars 2022

Les autorités soulignent l’importance de la prévention des risques afin d’éviter la résurgence de formes graves. Mais que savons-nous réellement de cette bactérie ? Pourquoi les enfants y sont-ils plus sujets ? La Dépêche du Midi se penche sur quatre questions.

Comment la bactérie Escherichia coli se propage-t-elle ?

La bactérie se transmet le plus souvent par les aliments. Les aliments les plus susceptibles de transmettre la bactérie lorsqu’ils sont consommés, selon l’Anses, sont « le bœuf haché, les produits laitiers non pasteurisés et les crudités. » Il est également possible d’être infecté par la bactérie par contact avec un animal déjà infecté et/ou ses excréments. Enfin, E. coli peut se transmettre d’une personne à l’autre, notamment par des mains non lavées après avoir été aux toilettes.

Quels sont les signes d’une infection ?

La bactérie E.coli provoque des troubles digestifs. Selon l’Institut Pasteur, les symptômes apparaissent généralement « 3 à 8 jours après l’infection ». Les symptômes les plus courants de la contamination sont les douleurs abdominales et la diarrhée. La bactérie peut provoquer des diarrhées bénignes ou s’aggraver en formes hémorragiques, selon les individus. La présence de sang dans les selles doit faire craindre la gravité de l’infection. La fièvre et les vomissements sont également possibles. Dans les cas graves, les reins peuvent être atteints.

Pourquoi est-ce plus risqué chez les enfants ?

Les formes les plus graves, voire mortelles, se rencontrent surtout chez les enfants. L’organisme d’un enfant étant plus fragile que celui d’un adulte, la forme hémolytique et urémique de l’infection peut être très dangereuse pour les plus jeunes et peut entraîner une insuffisance rénale, qui peut conduire au décès.

Quelles sont les précautions à prendre pour se protéger et protéger ses enfants ?

Plusieurs habitudes doivent être adoptées afin d’éviter au maximum l’infection. Il est fortement conseillé de respecter strictement les précautions d’hygiène. L’Anses insiste sur l’importance de « se laver soigneusement les mains après être allé aux toilettes, avant et après les repas, et lors de la manipulation de viandes et de légumes crus. » Il est également nécessaire de laver toutes les surfaces en contact avec les aliments crus et de ne pas réutiliser un plat qui a été en contact avec eux sans l’avoir préalablement lavé.

En ce qui concerne la cuisson de la viande, le bœuf doit être bien cuit pour éviter la propagation des bactéries. Les fromages au lait cru et le lait cru ne sont pas recommandés pour les jeunes enfants. Par ailleurs, les légumes, les fruits et les herbes doivent être soigneusement lavés et, si possible, épluchés.

Références

Références
1Ladepeche, Laura Lude, le 15 Mars 2022

A lire également