Chapitre 1 – Une introduction au corps humain

corps humain

La biologie, science qui analyse les organes vivants, comporte deux disciplines complémentaires : l’anatomie et la physiologie. L’anatomie humaine est l’étude de la structure du corps et des interactions entre les structures du corps. La physiologie humaine s’intéresse au fonctionnement des nombreuses parties du corps. En général, la fonction est déterminée par la structure.

L’être humain, Un organisme vivant.

L’être humain (homo sapiens) est un être vivant. Les êtres humains, comme tous les organismes vivants, ont besoin d’eau pour assurer l’ensemble du processus métabolique .

De nourriture pour fournir l’énergie : les matériaux de base pour construire la matière vivante, et les composés chimiques nécessaires à l’oxygène vital pour produire de l’énergie à partir des nutriments , de chaleur pour favoriser les réactions chimiques, et de pression pour permettre la respiration.

Les différentes niveaux d’organisation du corps humain.

Du plus élémentaire au plus compliqué, les niveaux d’organisation du corps humain sont les suivants : chimique, cellulaire, tissulaire, organique, systémique, et enfin le niveau de l’organisme.
Chaque niveau indique l’association d’unités de niveau inférieur.
Les niveaux de base sont les niveaux chimique et biologique. Un tissu est un ensemble de cellules apparentées qui remplissent toutes la même fonction spécifique.
Dans le corps humain, il existe quatre types de tissus.

Rappelez vous !
Les différents types de tissus
1. Le tissu épithélial : il recouvre le corps et la surface des organes, tapisse les cavités du corps et contribue à la production des glandes. La protection, l’absorption, l’excrétion, la sécrétion, la diffusion et la filtration jouent toutes un rôle.
2. Tissu conjonctif : relie, soutient et protège les différentes zones du corps, et stocke l’énergie et les sels minéraux.
3. Tissu musculaire : contractile, utilisé pour générer des mouvements.
4. Tissu nerveux : génère et transmet les impulsions nerveuses qui coordonnent les opérations de l’organisme.

Un organe est constitué de différents types de tissus qui travaillent ensemble pour assurer une certaine fonction.

Un système est constitué de deux ou plusieurs organes et tissus qui travaillent ensemble pour assurer la même fonction ou un ensemble de fonctions. Les systèmes du corps sont les suivants :

  • Les systèmes musculaire et squelettique, qui assurent le soutien et la motilité du corps.
  • Les systèmes endocrinien et neurologique, qui ont des fonctions d’intégration et de coordination pour assurer la cohérence de l’organisme.
  • Les systèmes digestif, respiratoire, circulatoire, lymphatique et urinaire qui assurent le transfert et la modification des constituants de l’organisme.
  • Le système digestif assure la dégradation mécanique et chimique des aliments afin qu’ils soient utilisés par les cellules et élimine les déchets.
  • Le système respiratoire assure l’oxygénation du sang, l’élimination du dioxyde de carbone et le maintien de l’équilibre acido-basique.
  • Le système circulatoire est responsable du transport des gaz respiratoires, de la nutrition, des déchets et des hormones : Il produit des hormones, qui aident à réguler la température du corps et l’équilibre acido-basique, ainsi qu’à protéger le corps contre la perte d’eau et les maladies.
  • Le système lymphatique achemine la lymphe des tissus vers la circulation sanguine, participe à la circulation sanguine, se défend contre les infections et facilite l’absorption des graisses.
  • Le système urinaire élimine les déchets transportés par le sang, régule la composition chimique, le volume et l’équilibre électrolytique du sang, et contribue à l’équilibre acide-base de l’organisme.
  • Le système tégumentaire protège le corps, régule la température corporelle, élimine les déchets et reçoit les impulsions sensorielles. – Le système reproducteur ou génital assure la création d’hormones sexuelles et de gamètes pour la reproduction.

L’homéostasie.

L’homéostasie est le processus par lequel l’environnement interne de l’organisme est maintenu relativement stable afin que les activités métaboliques cellulaires puissent se dérouler le plus efficacement possible. L’homéostasie est maintenue par les muscles et les glandes, dont les fonctions sont contrôlées par le système nerveux.
Les muscles et les glandes maintiennent l’homéostasie, et leur fonction est régulée par des informations sensorielles provenant de l’environnement interne.

Terminologie et position anatomique

Toute la terminologie utilisée pour décrire la relation d’une partie du corps à une autre est définie par rapport à une position anatomique de référence. L’individu est debout dans cette position, les pieds parallèles et à plat sur le sol, les yeux vers l’avant, les bras tendus le long du corps, les paumes tournées vers l’avant et les doigts pointant vers le sol.
Les mots anatomiques relatifs à l’orientation sont utilisés pour définir l’emplacement des structures, des surfaces et des zones du corps par rapport à la position anatomique. Les termes anatomiques les plus courants sont regroupés et définis dans le (tableau 1.1).

Outre les termes mentionnés dans le tableau 1.1, trois plans de référence sont employés pour définir l’orientation des structures corporelles.

  • Le plan de symétrie qui divise le corps en deux moitiés droite et gauche est appelé plan sagittal médian.
  • Le plan frontal ou coronal divise le corps en sections antérieures et postérieures.
  • Le plan transversal (horizontal ou en coupe) divise le corps en sections supérieures et inférieures.

Tableau1.1 Les termes anatomiques et d'orientation les plus courants.

TermeDéfinition
Supérieur (crânien)
Vers la tête
Inférieur (caudal)Vers le bas, à l'opposé de la tête.
Ventral (antérieur)Vers l'avant (devant)
Dorsal (antérieur)Vers le dos (derrière)
Médian ou médialVers ou sur le plan médian du corps
LatéralOpposé au plan médian du corps
Interne (profond)Eloigné de la surface du corps
Externe (superficiel)Vers ou à la surface du corps
ProximalLe plus près de l'origine d'une structure
DistalLe plus éloigné de l'origine d'une structure
ViscéralRéfère aux organes internes.
PariétalRéfère aux parois du corps

Parties et cavités du corps

Les principales régions du corps comprennent la tête, le cou, le tronc (thorax et abdomen), les deux membres supérieurs et les deux membres inférieurs.

Les organes sont protégés, séparés et maintenus par des membranes dans les cavités corporelles, qui sont des compartiments limités.

La cavité dorsale ou arrière est composée de deux cavités : la cavité crânienne, qui abrite le cerveau, et la cavité vertébrale, qui abrite la moelle épinière.

Les cavités thoracique, abdominale et pelvienne, qui abritent les organes viscéraux, sont situées dans la cavité ventrale, ou antérieure. Comme il n’existe pas de barrière physique entre les cavités abdominale et pelvienne, elles sont regroupées sous le nom de cavité abdomino-pelvienne. Le cœur et les poumons sont les organes viscéraux de la cavité thoracique. La cavité thoracique est divisée en deux cavités pleurales, dont chacune entoure un poumon, et une cavité péricardique, qui entoure le cœur. La zone située entre les deux poumons s’appelle le médiastin. Les viscères de la cavité abdominale comprennent l’estomac, le gros intestin, l’intestin grêle, la rate, le foie et la vésicule biliaire.

Les cavités du corps permettent la séparation fonctionnelle des organes et des systèmes . la majorité du système nerveux occupe la cavité supérieure , ainsi les principaux organes des systèmes respiratoire et circulatoire sont situés dans la cavité thoracique. les organes digestifs sont situés dans la cavité abdominale , et les organes reproducteurs sont situés dans la cavité pelvienne.

Les membranes du corps, constituées de fines couches de tissu épithélial et conjonctif, recouvrent, protègent, lubrifient, séparent et entretiennent les organes viscéraux et tapissent les cavités du corps. Les membranes muqueuses et les membranes séreuses sont les deux principaux types de membranes.

Les muqueuses sécrètent du mucus, une substance épaisse et visqueuse qui libère et protège les organes. Les membranes épithéliales qui tapissent les fosses nasales, la trachée et la cavité buccale sont des exemples de muqueuses. Les parois internes de nombreux organes sont tapissées de muqueuses.

Les cavités thoracique et abdomino-pelvienne sont tapissées de membranes séreuses, qui recouvrent également les organes viscéraux (décrits ci-dessus). Elles sont constituées de fines couches épithéliales qui lubrifient, maintiennent et compartimentent les organes viscéraux. Elles sécrètent de la sérosité, un lubrifiant aqueux. Les couches pariétale et viscérale de la plèvre sont des membranes séreuses de la cavité thoracique qui tapissent les parois thoraciques, le diaphragme et la surface externe des poumons. Les couches pariétale et viscérale du péricarde sont des membranes séreuses qui entourent le cœur. Les membranes séreuses de la cavité abdominopelvienne sont le péritoine pariétal, qui tapisse la paroi abdominale, et le péritoine viscéral, qui recouvre les viscères abdominaux. Les viscères sont maintenus en place par le mésentère, une double couche de péritoine qui permet un ancrage souple à la paroi abdominale.

Rappelez vous !

Les différentes Niveaux d’organisation du corps humain.

  • Les fonctions des systèmes de l’organisme.
  • Une explication de l’homéostasie.
  • La position de référence anatomique.
  • La définition des termes anatomiques
  • Les cavités du corps et les membranes qui les tapissent.

Exercices

Est-ce vrai ou faux ?

  1. Un groupe de cellules qui coopèrent pour assurer une fonction déterminée est appelée
    un tissu ?
  2. Le terme pariétal fait référence aux parois du corps, et le terme viscéral fait référence
    aux organes internes du corps.
  3. Le pouce est en position latérale par rapport aux autres doigts de la main et en position
    distale par rapport à l’avant bras ?
  4. Dans la position anatomique, le sujet se tient debout les pieds joints et les bras
    relâchés le long du corps, les pouces tournés vers l’avant ?
  5. Le mésentère rattache fermement les organes viscéraux à la paroi interne du corps de
    façon à les protéger de mouvements excessifs.
  6. L’augmentation de la température du corps pendant l’exercice est un exemple de
    mécanisme de feedback de l’homéostasie ?

Solutions

1. Vrai
2. Vrai
3. Vrai
4. Faux
5. Faux
6. Faux