Pourquoi le soleil d’avril est-il aussi nocif pour la peau que celui d’août ?

soleil d'avril

Nous nous trompons souvent sur le début de la période printanière. Les températures qui viennent de commencer à monter nous font croire que le soleil peut être mortel.

Les rayons du soleil printanier sont si merveilleux qu’ils nous remontent le moral et nous donnent envie d’être dehors au soleil. Si l’utilisation d’une lotion solaire pour protéger notre peau des rayons nocifs du soleil devient un réflexe en été, elle n’est pas encore ancrée dans nos habitudes en avril, probablement en raison de la douceur du temps.

Cependant, lorsque le soleil brille en raison de l’existence d’un système de haute pression, il atteint la même intensité qu’en août. C’est la période la plus périlleuse de l’année : notre peau blanche sort à peine de l’hiver et les premiers coups de soleil risquent d’être terribles.[1]topsante, Pourquoi le soleil d’avril est aussi dangereux pour la peau que celui d’août ?

Pourquoi le soleil est-il si chaud ?

L’angle de la lumière du soleil sur la terre fluctue tout au long de l’année. Le 21 juin marque le solstice d’été, le début officiel de l’été, ainsi que la période où l’hémisphère nord est le plus incliné par rapport au soleil. Ses rayons sont donc plus proches de la verticale sur notre hémisphère. Ils ont moins de distance à parcourir dans l’atmosphère et sont par conséquent plus forts.

Cependant, un moins avant et un mois après ce jour, les positions du soleil sont presque égales. L’angle solaire du 16 avril sera le même que celui du 16 août. C’est pourquoi le soleil peut être tout autant « agressif » à cette époque de l’année qu’en juillet, même si les températures moyennes entre ces deux mois peuvent varier de 20°C. Il est essentiel de reconnaître que l’intensité des rayons UV, qui ne génèrent pas de chaleur, n’a rien à voir avec la température. Cette perception erronée peut nous conduire à ne pas nous défendre.

Quels sont les facteurs qui influencent la capacité des UV à favoriser le bronzage ?
La distance que parcourent les rayons UV dans l’atmosphère influe sur leur capacité à bronzer – ou à brûler – les humains. L’air fonctionne comme un filtre UV : plus les rayons UV avancent dans l’atmosphère, plus ils s’affaiblissent et moins nous bronzons.

Cela est vrai en début et en fin de journée, lorsque le soleil est bas dans le ciel. C’est également vrai dans l’hémisphère nord en hiver, lorsque le soleil est bas sur l’horizon en raison de l’inclinaison de la terre. Par conséquent, la lumière doit traverser une couche d’atmosphère plus épaisse avant de nous atteindre.

La peau est plus sensible vers la fin de l’hiver.

Il faut surtout être prudent au début du printemps car les mélanocytes (cellules qui teintent la peau) n’ont pas été stimulés pendant la saison hivernale, ils doivent donc l’être à nouveau pour fabriquer de la mélanine, le pigment photoprotecteur dont le but est d’absorber les rayons du soleil.

Les coups de soleil, en revanche, sont moins dangereux au printemps. On risque juste de se brûler plus rapidement puisque notre capital soleil est constant tout au long de l’année.

Références

Références
1topsante, Pourquoi le soleil d’avril est aussi dangereux pour la peau que celui d’août ?

A lire également