Syndrome d’Aarskog

Syndrome d'Aarskog

Le syndrome d’Aarskog, également connu sous le nom de syndrome d’Aarskog-Scott, est une maladie génétique causée par la mutation du gène FGD1 (dysplasie faciogénitale). Les hommes sont plus sensibles à la maladie que les femmes et peuvent présenter une variété de signes et de symptômes distincts, notamment des déformations physiques et génitales.[1]https://rarediseases.info.nih.gov/diseases/4775/aarskog-syndrome

Cette maladie génétique extrêmement rare se caractérise par une croissance insuffisante, mais elle ne devient apparente que lorsque l’enfant a environ trois ans. Les anomalies comprennent un large éventail de déformations faciales, d’anomalies musculo-squelettiques, d’irrégularités génitales et une légère déficience intellectuelle. Les cas mineurs sont souvent négligés, ce qui rend difficile la détermination de la fréquence exacte de la population affectée.[2]http://www.nhs.uk/conditions/Cleft-lip-and-palate/Pages/Introduction.aspx

Pour établir un diagnostic, les médecins examinent généralement les antécédents médicaux et les symptômes des patients, procèdent à des examens physiques et s’appuient sur les résultats des tests de laboratoire.[3]http://www.ada.org/~/media/ADA/Education%20and%20Careers/Files/05_enamel_hypoplasia-caufield_bromage_b.pdf?la=en

Signes et symptômes du syndrome d’Aarskog

Les symptômes diffèrent d’un patient à l’autre. Cependant, en fonction de la fréquence d’apparition des symptômes, on peut diviser les signes et symptômes du syndrome en quatre catégories :

  • Les symptômes qui apparaissent fréquemment
  • Les symptômes qui apparaissent fréquemment
  • Signes et symptômes sporadiques
  • Symptômes individualisés

Lorsque 80 à 99 % des patients présentent un symptôme, on considère qu’il s’agit d’un symptôme très fréquent. Les symptômes partagés par environ 30 à 79 % des patients sont classés comme des symptômes fréquents. Les symptômes observés chez un nombre plus restreint de patients (5 %-29 %) sont classés comme sporadiques. Les symptômes individualisés sont ceux rapportés par certains patients qui présentent des symptômes qui leur sont très spécifiques.[4]https://medlineplus.gov/ency/article/001654.htm

Les symptômes du syndrome d’Aarskog sont extrêmement fréquents.

  • Hypertélorisme des yeux.
  • Mains petites et paumes courtes.
  • Déformations des doigts.
  • Hernies de l’ombilic et inguinales.
  • Anomalies des organes génitaux.
  • Pieds courts et larges.

Les patients atteints d’hypertélorisme, en particulier d’hypertélorisme oculaire, ont un grand écart entre leurs yeux. Les petites mains et les paumes courtes sont également des signes courants. La camptodactylie, ou courbure d’un doigt, est une affection courante. La clinodactylie du cinquième doigt, ou la courbure permanente du cinquième doigt, et la syndactylie des doigts, ou la crosse de deux doigts ou plus, sont également des symptômes courants.[5]https://rarediseases.org/rare-diseases/aarskog-syndrome

Le symptôme le plus courant est la hernie ombilicale, qui consiste en un gonflement au niveau du nombril ou près de la surface du nombril ; cependant, la hernie inguinale est également un symptôme courant dans lequel un gonflement peut apparaître dans l’épi et le scrotum peut sembler élargi. Le scrotum en châle est une anomalie génitale dans laquelle un pli cutané anormal recouvre le pénis. Des pieds larges et courts sont également des symptômes courants.[6]https://rarediseases.org/rare-diseases/aarskog-syndrome

Symptômes fréquents du syndrome d’Aarskog

  • Une ligne antérieure des cheveux qui est haute
  • un front large
  • Plis des paupières inclinés vers le bas (fissures palpébrales)
  • Le psosis est caractérisé par des paupières tombantes.
  • Malformation de l’oreille externe caractérisée par des oreilles épaisses et basses avec des lobes d’oreilles charnus
  • une arête nasale large
  • Les philtrums sont longs.
  • Troubles de la cognition
  • Peau hyperextensible
  • On parle d’hyperflexibilité articulaire lorsqu’une ou plusieurs articulations ont une amplitude de mouvement anormalement grande.
  • La cryptorchidie, dans laquelle les testicules ne descendent pas dans le scrotum, est également fréquente.

Les symptômes du syndrome d’Aarskog sont sporadiques.

Certains patients ont un visage rond et un cou plus court, des plis épicanthiques, une hypoplasie maxillaire, qui entraîne plusieurs anomalies faciales, et un seul pli palmaire transversal.[7]https://rarediseases.org/rare-diseases/aarskog-syndrome

Les yeux croisés ou strabisme, une affection oculaire dans laquelle les individus peuvent être incapables d’aligner les deux yeux ensemble pour faire la mise au point des objets, l’élargissement non progressif de la cornée et la mégalocornée sont tous sporadiques.[8]http://rgd.mcw.edu/rgdweb/ontology/view.html?acc_id=HP:0000232

Une fente labiale, une fente ou un sillon vertical dans la lèvre supérieure, et une fente palatine, dans laquelle le palais ne se ferme pas complètement, peuvent également se produire. Parmi les anomalies dentaires qui peuvent se produire à l’occasion, citons l’absence de dents à la naissance, un développement dentaire très lent et une hypoplasie de l’émail (EHP).[9]https://www.ncbi.nlm.nih.gov/medgen/43375

Dysfonctionnement de la morphologie du système cardiovasculaire ; poitrine en entonnoir ou pectus excavatum, où l’os du sein est enfoncé et le milieu de la poitrine semble creux ; insuffisance cardiaque avec œdème congestif ; Un genu recurvatum est une extension du genou supérieure à 5 degrés. Une déformation du pied telle que le Pes planus, ou pied plat, dans lequel la voûte longitudinale du pied est plate ; et les talipes sont quelques-uns des symptômes qui sont occasionnellement observés.[10]https://www.aao.org/eye-health/diseases/what-is-ptosis

Symptômes individualisés du syndrome d’Aarskog

Certains patients présentent une crête de veuve, une suppression de la pilosité sur le front, des symptômes oculaires tels que l’hypermétropie ou l’hypermétropie, une ophtalmoplégie, un état dans lequel certains des muscles de l’œil ou adjacents à l’œil sont paralysés, un nez court avec des narines évasées vers l’avant et un large philtrum.[11]http://www.gosh.nhs.uk/medical-information/pectus-excavatum

Alors que certaines personnes ont des articulations des doigts hyperextensibles, d’autres souffrent du syndrome de brachydactylie, un groupe de déformations des membres dans lequel les doigts et les orteils sont très courts. Certains syndromes de brachydactylie peuvent entraîner une petite taille.[12]http://jamanetwork.com/journals/jamasurgery/article-abstract/564785

Des paires de côtes supplémentaires sont également présentes chez certains patients. La spina bifida occulta, dans laquelle les os de la moelle épinière et la membrane qui les entoure ne se ferment pas correctement, le dysfonctionnement des vertèbres cervicales, comme la fusion des os supérieurs, l’hypoplasie odontoïde, dans laquelle les vertèbres cervicales peuvent être mal alignées, et la scoliose, dans laquelle les torsions et la courbure de la colonne vertébrale sur le côté sont anormales, sont quelques-unes des anomalies liées à la colonne vertébrale observées chez certains patients.[13]http://www.strabismus.org/

Certains enfants ont été diagnostiqués comme étant hyperactifs, n’ont pas pris de poids et n’ont pas grandi au rythme prévu, ont eu une puberté retardée et ont souffert d’infections respiratoires chroniques.[14]https://www.aao.org/image/megalocornea-7

Traitement du syndrome d’Aarskog-Scott (SAS)

Le syndrome d’Aarskog-Scott (ASS) est un trouble génétique rare du développement causé par une mutation du chromosome X. Il est également connu sous le nom d’anomalie faciogénitale. Il est plus souvent associé aux hommes qu’aux femmes. Cette maladie rare affecte la croissance de la personne ainsi que les anomalies génitales, faciales, musculaires et osseuses, de même que le développement intellectuel.[15]https://rarediseases.org/rare-diseases/aarskog-syndrome

Le type et l’étendue de l’anomalie varient d’un individu à l’autre ; par exemple, certains peuvent ne présenter que des traits faciaux irréguliers et un retard de croissance, tandis que d’autres peuvent présenter de nombreux aspects aberrants, selon l’étendue de la mutation.[16]http://pfond.cmmt.ubc.ca/aarskogscott/about/treatment

Options de traitement du syndrome d’Aarskog-Scott

Étant donné qu’il n’existe pas de remède permanent pour ce syndrome, le traitement vise à améliorer la qualité de vie. Les symptômes sont généralement visibles dès l’âge de trois ans. Le traitement est donc initié à ce stade précoce afin que les patients puissent atteindre un niveau raisonnable de normalité en grandissant. Chaque patient atteint du syndrome d’Aarskog nécessite un plan de traitement personnalisé et global.[17]http://www.primehealthchannel.com/aarskog-syndrome.html

Les anomalies inhabituelles du patient, ainsi que ses symptômes caractéristiques, nécessitent les services d’une équipe spécialisée de prestataires de soins de santé pour fournir un traitement coordonné.[18]https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/10392362

  • Les traitements orthodontiques corrigent les irrégularités faciales et dentaires.
  • Des procédures chirurgicales sont utilisées pour traiter les anomalies telles que la fente labiale et palatine, ainsi que les anomalies génitales.
  • La thérapie par hormone de croissance (GH) est utilisée pour traiter les retards de croissance des enfants.
  • Des traitements auxiliaires, tels que l’aide à l’éducation, sont fournis aux personnes présentant des déficiences intellectuelles.
  • Un conseil génétique pour les parents peut être nécessaire.

Traitement orthodontique du syndrome d’Aarskog-Scott

Il s’agit d’un processus de longue haleine qui implique le port d’un appareil dentaire pour déplacer les dents tordues dans l’alignement souhaité. Le processus de traitement est identique à celui de tout autre patient traité par orthodontie. Le spécialiste fabrique d’abord les brackets dentaires en fonction du modèle dentaire, puis les fixe aux dents.[19]https://pdfs.semanticscholar.org/77b6/9ecbc48e6dcec4ce597bf1bcf746833298ad.pdf

Les parents doivent veiller à l’hygiène bucco-dentaire de leur enfant, prévenir les caries dentaires par une alimentation appropriée et prévoir des rendez-vous réguliers chez l’orthodontiste. Une fois les dents correctement alignées, elles sont stabilisées par des appareils de rétention, qui les maintiennent dans leur nouvelle position.[20]https://experts.umn.edu/en/publications/the-effect-of-growth-hormone-treatment-on-stature-in-aarskog-synd

Chirurgie du syndrome d’Aarskog-Scott

La chirurgie est utilisée pour traiter les troubles génitaux tels que la hernie inguinale et les testicules non descendus.[21]https://experts.umn.edu/en/publications/the-effect-of-growth-hormone-treatment-on-stature-in-aarskog-synd

  • Lorsque l’enfant a 12 mois, on procède à la chirurgie de réparation de la hernie inguinale. L’orifice de la hernie est une ouverture interne dans le canal inguinal, près de la paroi abdominale ou du ventre. Une hernie inguinale peut se former lorsque diverses structures abdominales descendent par cette ouverture. Le sac herniaire est retiré par une petite incision dans l’abdomen, et l’ouverture dans le canal inguinal est fermée par des sutures.
  • Chirurgie de la cryptorchidie : La cryptorchidie est une condition dans laquelle un ou les deux testicules ne sont pas descendus à leur position correcte dans le scrotum (testicules non descendus). La chirurgie de cette affection est généralement pratiquée sur des nourrissons âgés de 5 à 15 mois. Une petite incision près de l’épi permet de localiser les testicules, qui sont ensuite replacés au bon endroit par une seconde incision dans le scrotum. Des sutures biodégradables sont utilisées pour fermer les deux incisions.
  • Chirurgie de la fente labiale ou palatine : Cette opération est réalisée dans les 12 mois suivant la naissance de l’enfant. Une procédure chirurgicale est utilisée pour réparer l’anomalie de la lèvre et fermer la fente. Les procédures pré-chirurgicales de réparation des lèvres comprennent :
  • Un traitement orthopédique pour améliorer la position des arcades alvéolaires maxillaires.
  • S’il existe également une déformation nasale, une nasoplastie est réalisée.
  • Chirurgie de la fente palatine : La fente palatine sous-muqueuse n’est corrigée que si l’enfant présente des difficultés d’alimentation et d’élocution. Une fois la croissance nasale terminée, cette chirurgie peut être réalisée de manière secondaire pour corriger la déformation de la pointe du nez.

Traitement par hormones de croissance dans le syndrome d’Aarskog-Scott

La GH est couramment utilisée pour augmenter la taille d’une personne. Selon des études, les personnes atteintes du syndrome d’Aarskog-Scott qui ont été traitées avec de la GH ont montré une augmentation de leur taille sans aucun effet secondaire. Des doses sélectives de GH sont administrées à intervalles réguliers pendant une période de six mois à deux ans. Cependant, même après avoir reçu des doses plus élevées de GH, certains patients n’ont pas montré d’amélioration de leur taille.[22]http://pedsurg.ucsf.edu/conditions–procedures/inguinal-hernia.aspx

Traitement des déficiences oculaires du syndrome d’Aarskog-Scott

Certaines personnes atteintes du syndrome d’Aarskog-Scott présentent des défauts oculaires, qui provoquent généralement un strabisme et un nystagmus.

Traitement du strabisme : Cette affection se caractérise par un positionnement irrégulier des yeux, ce qui entraîne une mauvaise vision. Le traitement consiste soit à :

  • à poser un patch sur l’œil normal afin de rétablir une vision normale dans l’œil paresseux
  • à subir une intervention chirurgicale pour remodeler les muscles oculaires afin qu’ils puissent se déplacer à l’unisson.

Traitement du nystagmus : Le nystagmus est un mouvement involontaire de va-et-vient des yeux. Cette affection est traitée à l’aide de lunettes et de lentilles de contact.

Traitements complémentaires du syndrome d’Aarskog-Scott

Certaines personnes atteintes du SSA ont des capacités intellectuelles diminuées. Par conséquent, des aides pédagogiques sont fournies pour remédier à leurs difficultés d’apprentissage. Les domaines dans lesquels elles ont des difficultés sont régulièrement examinés afin d’améliorer leurs capacités mentales. Les parents d’enfants atteints d’AAS reçoivent également des conseils sur la manière de mettre en œuvre un traitement de soutien à la maison.[23]http://www.encyclopedia.com/science/encyclopedias-almanacs-transcripts-and-maps/aarskog-syndrome-0

Causes et diagnostic du syndrome d’Aarskog

Le syndrome d’Aarskog est une maladie génétique rare qui affecte le squelette, les organes génitaux, les muscles, la stature et l’apparence générale. Les doigts, les orteils et le visage sont les zones les plus fréquemment touchées. On pense que les hommes sont les victimes les plus fréquentes de ce syndrome, les femmes n’étant que rarement touchées. Le syndrome d’Aarskog est connu pour altérer la croissance, et il peut ne pas être reconnu avant que l’enfant ait trois ans.[24]https://medlineplus.gov/ency/article/001654.htm

Causes du syndrome d’Aarskog

Ce syndrome est dû à une mutation du gène FGD1, également connu sous le nom de gène de la dysplasie faciogénitale 1. Ce gène étant situé dans la structure du chromosome X (à Xp11.21), il est considéré comme une maladie héréditaire liée à l’X.[25]https://rarediseases.info.nih.gov/diseases/4775/aarskog-syndrome

Mode d’exposition génétique

Normalement, sur les 23 paires de chromosomes que possède un être humain, la dernière paire est anasomique, ce qui signifie que ce chromosome détermine le sexe de l’enfant. La progéniture masculine possède un chromosome X et un chromosome Y, tandis que la progéniture féminine possède deux chromosomes X.

Cette maladie est transmise de manière récessive liée au chromosome X. En conséquence, si une mutation se produit, le chromosome Y sera modifié. Par conséquent, si une mutation se produit chez un homme ne possédant qu’un seul chromosome X, la maladie se développera très probablement.

Si un allèle du chromosome X est muté chez des femmes ayant deux chromosomes X, l’allèle de l’autre chromosome X compense et elles deviennent porteuses du syndrome. Ces personnes ne présentent jamais de symptômes de la maladie.[26]https://www.medigest.uk/diseases/aarskog-syndrome

Mode de transformation génétique

Cas 1 : hérité d’une mère porteuse et d’un père non porteur

Considérons que le schéma génétique de la mère atteinte est X1 X, où « X1 » est l’allèle muté. Dans ce cas, le schéma XY du père serait normal.

Un enfant peut avoir l’un des schémas suivants lorsqu’il s’agit de transférer des caractéristiques à la génération suivante : X1X, X1Y, XX ou XY. Dans ce cas, le gène affecté a 50 % de chances d’être transmis. En raison de la présence d’un seul allèle X affecté, une fille présentant ce caractère sera porteuse, tandis qu’un garçon présentant ce caractère sera presque certainement affecté par le syndrome. Par conséquent, l’enfant de sexe masculin d’une mère atteinte est plus susceptible d’être atteint du syndrome que l’enfant de sexe féminin.[27]http://www.empowher.com/media/reference/aarskog-syndrome

Cas 2 : Héritage d’un père malade et d’une mère saine

Considérons que le schéma génétique du père atteint est X1Y, où X1 est le gène muté. Avec le schéma XX, la mère serait ici normale.

Les héritages possibles dans ce cas de transfert génétique sont X1X et XY. Ceci démontre que le garçon issu d’un père atteint et d’une mère saine ne développera pas le syndrome, alors que la fille de ce couple restera porteuse.

Cas 3 : Lorsque la mère est porteuse et que le père est atteint

Dans ce cas, le schéma génétique de la mère pourrait être X1X, tandis que celui du père pourrait être X1Y. X1X1, X1Y, X1X et XY sont tous des ancêtres possibles dans ce cas. L’une des deux chances de l’enfant de sexe féminin est fortement infectée, tandis que l’autre est porteuse. De même, l’enfant garçon a 50 % de chances d’être atteint, tandis que les 50 % restants seront normaux.

Lorsque la mère est atteinte de la maladie, ce qui est un cas très rare, les cas ci-dessus peuvent différer en conséquence.

Diagnostic du syndrome d’Aarskog

La majorité des symptômes du syndrome d’Aarskog sont visibles dès la naissance. Les personnes atteintes de ce syndrome présentent des anomalies faciales typiques, qui sont diagnostiquées dans la majorité des cas. Les modifications des parties inférieure, moyenne et supérieure du visage sont courantes. A titre d’exemple :

  1. la coiffure en pointe de veuve (croissance des cheveux au centre du front).
  2. L’hypertélorisme oculaire est une condition dans laquelle il y a une distance anormalement grande entre les yeux.
  3. l’augmentation de la largeur du front
  4. l’inclinaison descendante de l’ouverture de l’œil
  5. l’affaissement des paupières supérieures

L’examen de ces modifications faciales, ainsi que d’autres caractéristiques génétiques et squelettiques, permet de diagnostiquer le syndrome d’Aarskog chez l’enfant. Le médecin peut procéder à un examen complet du corps de l’enfant. Les antécédents médicaux de la famille du patient sont également importants pour le diagnostic de cette maladie. Si le syndrome d’Aarskog est suspecté chez un enfant, le médecin peut recommander un test génétique pour identifier la mutation du gène FGD1 de l’enfant.

Ce test ne peut être réalisé que dans des laboratoires de recherche. Les radiographies peuvent également aider à déterminer la gravité d’une maladie.

Les familles sont plus susceptibles de remarquer des occurrences héréditaires du syndrome d’Aarskog dans de rares cas. Dans ces cas, une échographie des pieds, du visage et des mains est réalisée pour diagnostiquer la maladie. En clinique, cette méthode n’est pas couramment utilisée car le syndrome n’a pas de gravité médicale.

Références

Références
1, 25https://rarediseases.info.nih.gov/diseases/4775/aarskog-syndrome
2http://www.nhs.uk/conditions/Cleft-lip-and-palate/Pages/Introduction.aspx
3http://www.ada.org/~/media/ADA/Education%20and%20Careers/Files/05_enamel_hypoplasia-caufield_bromage_b.pdf?la=en
4, 24https://medlineplus.gov/ency/article/001654.htm
5, 6, 7, 15https://rarediseases.org/rare-diseases/aarskog-syndrome
8http://rgd.mcw.edu/rgdweb/ontology/view.html?acc_id=HP:0000232
9https://www.ncbi.nlm.nih.gov/medgen/43375
10https://www.aao.org/eye-health/diseases/what-is-ptosis
11http://www.gosh.nhs.uk/medical-information/pectus-excavatum
12http://jamanetwork.com/journals/jamasurgery/article-abstract/564785
13http://www.strabismus.org/
14https://www.aao.org/image/megalocornea-7
16http://pfond.cmmt.ubc.ca/aarskogscott/about/treatment
17http://www.primehealthchannel.com/aarskog-syndrome.html
18https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/10392362
19https://pdfs.semanticscholar.org/77b6/9ecbc48e6dcec4ce597bf1bcf746833298ad.pdf
20, 21https://experts.umn.edu/en/publications/the-effect-of-growth-hormone-treatment-on-stature-in-aarskog-synd
22http://pedsurg.ucsf.edu/conditions–procedures/inguinal-hernia.aspx
23http://www.encyclopedia.com/science/encyclopedias-almanacs-transcripts-and-maps/aarskog-syndrome-0
26https://www.medigest.uk/diseases/aarskog-syndrome
27http://www.empowher.com/media/reference/aarskog-syndrome

A lire également