Syndrome de Parsonage-Turner et Covid-19 ?

Syndrome de Parsonage-Turner

Le vaccin Covid de Pfizer-BioNTech, selon une nouvelle analyse de l’ANSM, pourrait être associé au développement du syndrome de Parsonage-Turner chez certaines personnes. Mise à jour.

L’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé [1]ANSM cite le syndrome de Parsonage-Turner dans son dernier  » point sur la surveillance de la vaccination Covid-19  » publié le 31 mars 2022.

Selon les autorités sanitaires, 43 cas de syndrome de Parsonage-Turner ont été constatés en France entre septembre 2021 et mars 2022 chez des patients ayant reçu le vaccin Pfizer-BioNTech. S’il est (évidemment) impossible de prouver un lien de causalité entre le vaccin et l’apparition de cette pathologie, il y a de quoi s’inquiéter.

Une maladie qui touche les muscles du bras, du cou et de l’épaule.

Qu’est-ce que le syndrome de Parsonage-Turner ? Il est également connu sous le nom de « névralgie amyotrophique de l’épaule » dans la terminologie médicale. Cette affection est peu fréquente, les spécialistes estimant qu’elle touche entre 1 personne sur 30 000 et 1 personne sur 50 000 dans le monde : les hommes sont plus touchés que les femmes, et la maladie se manifeste souvent entre 30 et 70 ans.

Dans la plupart des cas, le syndrome de Parsonage-Turner se caractérise par l’apparition rapide de douleurs, de sensations de brûlure et/ou de douleurs lancinantes dans les épaules, le cou et/ou les bras. En conséquence, une faiblesse musculaire (en particulier dans les épaules et/ou les bras) se développe.

Les opioïdes à action prolongée et les anti-inflammatoires non stéroïdiens sont utilisés pour traiter le syndrome de Parsonage-Turner (AINS). Les experts rapportent qu’après 1 à 2 ans de traitement, les patients retrouvent généralement 70 % à 90 % de leur état antérieur. Toutefois, de nombreux patients continuent de souffrir d’une intolérance à l’exercice et d’une mauvaise coordination des muscles atteints.[2]Source :OrphaNet

Références

Références
1ANSM
2Source :OrphaNet

A lire également