Vaccination contre le coronavirus : Est-ce la fin de la vaccination en Europe ?

fin de la vaccination en Europe

Après deux ans de pandémie liée au coronavirus, et de sévères restrictions sanitaires dans la plupart des pays du monde, certains pays européens commencent à ouvrir la porte à l’annulation de toutes les mesures liées à la pandémie adoptées pour diminuer les contaminations et protéger les populations.[1]Hespress, Yasmine Saih, mercredi 9 mars 2022

La tendance à la baisse des taux de contamination par les coronavirus, ainsi que l’émergence de la variété Omicron qui n’a pas été aussi terrible que prévu, permettent aux nations qui ont plus ou moins atteint leur objectif vaccinal d’espérer un retour à la normale.

C’est le cas de la France et de l’Autriche, qui ont toutes deux annoncé, à quelques jours d’intervalle, la fin d’une législation anti-covidien sévère. La France a tout d’abord annoncé la fin du port obligatoire du masque dans les lieux publics, à l’exception des transports, pour les personnes à jour de leurs vaccinations.

Le 14 mars, la France prévoit de lever une nouvelle restriction importante : le carnet de vaccination, en vigueur depuis le 24 janvier, ne sera plus exigé dans tous les lieux publics sauf dans les établissements de santé, où il sera remplacé par un carnet de santé (soit un calendrier vaccinal complet, soit un test négatif datant de moins de 24 heures, soit un test PCR ou antigénique positif attestant de la guérison datant de moins de 6 mois).

Le carnet de vaccination ne sera plus nécessaire dans tous les transports publics interrégionaux où il était auparavant exigé, y compris le TGV ou l’avion ; le port du masque reste néanmoins obligatoire dans les transports publics.

Le gouvernement autrichien a suspendu mercredi la règle de l’immunisation obligatoire contre le Covid-19, un mois seulement après son entrée en vigueur.

« Nous avons décidé de suivre l’avis de la commission d’experts » et de « retarder » ce texte qui n’est pas « proportionnel » au risque de la forme Omicron, a déclaré la ministre Karoline Edtstadler lors d’une conférence de presse à Vienne.

« Nous ne voyons pas la nécessité d’appliquer l’obligation vaccinale à l’heure actuelle », a-t-elle ajouté, citant la variante actuelle, qui provoque des symptômes moins graves que la forme Delta qui était auparavant prédominante.

Références

Références
1Hespress, Yasmine Saih, mercredi 9 mars 2022

A lire également